Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Cadet - Rochechouart, Agence immobilière PARIS 75009

L'actualité de CENTURY 21 Cadet - Rochechouart

Loueur en meublé professionnel : pas d’obligation d’inscription au RCS

Publiée le 14/02/2018

 

Le Conseil constitutionnel vient de censurer, le 8 février, une disposition du code général des impôts (prévue à l'article 151 septies) concernant l'obligation d'être inscrit au registre du commerce et des sociétés pour pouvoir se prévaloir d'une activité de location de locaux d'habitation meublés à titre professionnel.
Le Conseil était saisi d'une QPC - question prioritaire de constitutionnalité - par un requérant soutenant qu'en subordonnant l'exonération des plus-values de cession pour ces locaux d'habitation, à une condition d'inscription au RCS, la loi a institué une formalité impossible à satisfaire pour certaines personnes physiques dès lors qu'elles ne sont pas autorisées à s'inscrire en cette qualité. Cette disposition a été déclarée contraire à la constitution. Le conseil relève à l'appui de sa décision que l'article L. 123-1 du code de commerce prévoit que seules peuvent être inscrites au registre du commerce et des sociétés les personnes physiques « ayant la qualité de commerçant », laquelle est, en vertu de l'article L. 121-1 du même code, conférée à « ceux qui exercent des actes de commerce ... ».
Dès lors, en subordonnant le bénéfice de l'exonération à une condition spécifique aux commerçants, alors même que l'activité de location de biens immeubles ne constitue pas un acte de commerce au sens de l'article L. 110-1 du même code, le législateur ne s'est pas fondé sur un critère objectif et rationnel en fonction du but visé. Par conséquent, les dispositions contestées méconnaissent le principe d'égalité devant les charges publiques.

Notre actualité